Agenda 2018 2018-07-05T14:37:04+00:00

Agenda des expositions 2018

“L’escuela de Valencia. Primero servicio !”

“L’escuela de Valencia. Primero servicio !”

19 artistes 

du 11 février au 21 mars

Cette exposition marque le début d’un projet original, celui de vous présenter, à un rythme biennal, les œuvres de jeunes artistes espagnols. Regroupés autour de leur maître tutélaire, Enric Mestre, dont l’enseignement empreint de lucidité et de rigueur a exercé une influence à nulle autre pareille, ils vous proposent un bain revigorant d’une diversité d’expressions aussi authentiquement ibériques qu’une bouchée de Bellota.
Segundo servicio en febrero 2020, prometido !

Michel Wohlfahrt

“Les ressorts de l’imaginaire”

Michel Wohlfahrt

du 1er avril au 7 mai

Avec cette première exposition personnelle, Michel Wohlfahrt nous embarque vers son archipel imaginaire où son art transforme tout le poids du présent en une poésie pointue et joyeusement déjantée. Théâtrale aussi ! Car Michel possède ce don d’impartir à toutes ses figures cette attitude de mouvement interrompu, comme si elles participaient à une action dramatique, aussi prégnante soit-elle que la conservation d’une immobilité parfaite.
En confrontant ses créations, nous sommes aussi touchés par la constance de son humanité. Car tout en ironisant sur l’absurdité du réel, tout en le pointant, en le commentant, parfois de façon loufoque, il ne trahit jamais cette trame essentielle qui donne à tout son opus cette générosité si particulière.

Masamichi Yoshikawa

“Architectures bis ”

Yoshikawa Masamichi

du 11 mai au 21 juin

Faisant suite à son exposition « Architectures » à la Fondation Baur à Genève à l’automne 2017 et en mettant en valeur notre contribution, hautement céramique, aux célébrations de cette année
franco-japonaise, Masamichi investit l’espace de la Galerie du Don avec une nouvelle collection de sculptures et de pots resplendissants.
Pour surligner l’importance exceptionnelle de cet artiste charnière, l’exposition sera inaugurée par une conférence sur sa participation à la genèse de l’art céramique contemporain japonais et sera accompagnée du catalogue publié lors de son exposition en Suisse.

11ème festival de sculpture céramique européenne

“11ème Festival de sculpture céramique européenne”

“L’art du pot : choc culturel !”

Paul Philp, Pippin Drysdale, Julian Stair, Martin Smith, Kiho Kang

du 24juin au 9 août

Le pot devenant l’art provoque des questionnements difficiles, tendus même pour certains. Car nous le constatons bien, nombre de pots sont déjà passés par le chas de l’aiguille. Ils sont toujours des pots, parfois parfaitement utiles, mais ne sont plus considérés comme tels. Ils sont devenus des objets d’art, ou par une élévation d’état encore plus mystérieuse, des sculptures à part entière comme nous ont prévenus, il y a plus de cent ans, les grands critiques d’art britanniques, Roger Fry et Herbert Read.
Le temps d’une exposition, nous n’aurons pas le loisir de décortiquer toute la complexité historique de ce phénomène culturel, mais nous pouvons vous mettre le pied à l’étrier en vous présentant une collection de remarquables exemples contemporains dont le statut artistique est incontestablement acquis.

Un panorama japonais très actuel

“Un panorama japonais très actuel”

Yoshimi Futamura, Shozo Michikawa, Sachiko Fujino, Kazuya Ishida, Chinoko Sakamoto

du 12 août au 4 octobre

Quoi de mieux dans cette année de célébrations
franco-japonaises, qu’un panorama de la création nippone actuelle, embrassant à la fois celle qui nous arrive de l’archipel et celle provenant de la grandissante diaspora japonaise en Europe.
De plus, nous avons voulu que notre regard comprenne la diversité générationnelle qui la caractérise. Aussi avons-nous réunis des maîtres influents, d’incontournables figures de proue, et des jeunes qui explorent de nouvelles voies d’expression enracinées, soit par acceptation, soit par rejet de la part de l’artiste, dans la trame de la tradition ancestrale.

question de profil

“Question de profil”

Jin Eui Kim, Maurizio Ferrari, Regina Heinz, Tjok Dessauvage

du 7 octobre au 29 novembre

C’est par le profil que la reconnaissance de toute forme commence. En contre-jour, ce sera le seul attribut qui permettra de la distinguer d’une autre. Baignée par le soleil, c’est cette silhouette qui déterminera le contour d’une ombre portée, qui établira la relation dynamique entre l’objet et l’environnement. C’est ce trait dans l’espace qui marque son début comme sa fin.
Chaque artiste utilise différemment le profil comme l’illustrent fort bien nos quatre artistes. Maurizio l’intègre comme principe générateur formel. Regina le met au service de sa construction de dialogues spatiaux. Tjok joue de la rigidité de certitudes euclidiennes pour délimiter ses explorations d’ascèse, tandis que Jin questionne sa pertinence, sa véracité même, en y imposant ses décors optiques qui floutent sa propre lecture.